Vierge de Tendresse « Eleousa »

 

L’icône de la Mère de Dieu tend à exprimer, par dessus tout, le mystère de la divine maternité (Theotokos) que le concile d’Ephèse à, en 431, attribué à la Vierge Marie.
L’unité entre la Mère et le Fils est le signe et le rappel de la volonté divine d’une unité parfaite entre le Créateur et la création, entre Dieu et l’humanité. C’est pour cette raison que le visage de la Vierge n’est pas défini, complété: la Mère de Dieu n’est pas un type de femme, mais la Mère et l’icône de tout être humain.
L’icône représente l’amour de Dieu pour l’humanité, personnifiée dans la Mère, et l’amour de l’homme pour le Christ, amour qui participe au mystère du salut. Dans cette expression d’amour, dépourvue de sentimentalisme, mais si riche d’intensité et de force dramatique, tout est composé de manière sereine et royale.
La Vierge porte l’Enfant tendrement enlacé, joue contre joue. L’Enfant semble chercher refuge auprès de celle qui entrevoit déjà sa passion. Elle l’enveloppe de son affectueuse et maternelle protection. La tradition interprète cet instant comme étant le moment où l’Enfant révèle à sa mère le mystère de la mort et de la résurrection. Sur le visage de la Vierge, et particulièrement dans le regard, se lit la gravité, l’amour et aussi une sereine acceptation de la volonté de Dieu.
La Vierge porte une robe bleue, peu visible, qui signifie qu’elle est créature, recouverte d’un manteau pourpre, couleur de la royauté divine : en effet, Dieu l’a recouverte de sa divine attention pour être la Mère de Dieu.
Les étoiles qui marquent les épaules et le front de la vierge signifient sa virginité avant, pendant et après la naissance du Christ.
L’Enfant Jésus porte un vêtement éclatant, signe de sa divinité.